vendredi 23 juin 2017

Le Messie Organique




   Le Messie Organique



            Les Écritures Organiques décrivaient bien ce lointain passé, quand le premier prophète, Valery, dédia la deuxième moitié de sa vie à guider tous les hommes de l’Église Organique. Valery était le frère d’un cyber-humain brillant mais mort prématurément : Gabriel. Valery était un homme qui avait vécu toute la première moitié de sa vie dans l’ombre de son frère. Et soudain, à cinquante ans, Valery s’était redécouvert lui-même. Valery avait bâti, au cours des cinquante années qu’il vécut encore, un immense édifice : le Temple de l’Église Organique. Seul, il avait conçu l’architecture du lieu, il l’avait construit, il en avait fabriqué les vitraux, les portes, les tableaux, les meubles et les grandes orgues. Il avait écrit la musique et le texte des cantiques encore chantés aujourd’hui pour célébrer l’Église Organique. Il avait écrit le Livre du Sens pour guider ses fidèles, et il avait compulsé la Grande Encyclopédie Organique qui témoignait de l’extraordinaire niveau scientifique et de la fine érudition de Valery. Tous ces prodiges, Valery les avait accomplis seul, sans l’aide d’aucun implant ni d’aucune intelligence artificielle. Au mieux, il avait utilisé quelque antique ordinateur pour mettre ses notes en ordre. Plusieurs siècles après la mort de Valery, on attendait encore le Messie Organique : les Ecritures Organiques annonçaient l’avènement d’un homme organique qui surpasserait tous les cyber-hommes d’hier et de demain. Cette histoire raconte l’histoire de ce Messie Organique.

            Le Messie organique avait été annoncé par Valery. Ce dernier avait accompli, jadis, sans implant, des exploits de plus en plus remarqués. Il n’arrivait pas à niveau des cyber-hommes mais il faisait mieux que les organiques du passé. Il avait fini par créer une organisation puissante qui mettait au point des entraînements organiques pour des hommes organiques, et cette organisation permit l’arrivée de surhommes qui accomplissaient des exploits sans aucun implant. Cependant ces surhommes ne parvenaient pas à égaler les cyber-hommes.

Dans Le Livre du Sens, Valery avait prédit la naissance prochaine d’un Messie Organique qui, lui, non seulement égalerait les cyber-hommes, mais mieux, les surpasserait. Et il les surpasserait dans différents domaines : le sport, la science, la création artistique… Les siècles avaient passé, et si l’Église Organique avait donné au monde quelques hommes organiques extraordinaire, jamais elle n’avait pu rivaliser avec les accomplissements des cyber-hommes. Cependant, elle avait permis d’entamer une nouvelle ère sociale : désormais les hommes organiques étaient mieux que tolérés, ils étaient respectés. Et ils étaient respectés à tel point que c’était devenu un choix personnel possible de renoncer aux implants et à la connexion avec la cyber-intelligence qui dirigeait le monde. 

Puis il y eut la naissance d’Emmanuel. Rapidement les grands Prêtres de l’Église comprirent qu’ils avaient affaire à un surhomme au grand potentiel. Mais serait-il le Messie annoncé ? L’Église soumit Emmanuel à un entraînement organique quasiment parfait. Sans implant, sans l’aide d’aucune intelligence artificielle, avec le seul recours des exercices de respiration et de pranayama transmis par le premier prophète Valery, Emmanuel put se hisser à un niveau d’accomplissement inédit. Emmanuel défrichait de nouveaux domaines de recherche en mathématiques qui étaient restés cachés aux cyber-chercheurs. Emmanuel écrivait des textes et des rhapsodies d’une qualité telle qu’on les croyait nés dans les circuits subtils de la cyber-intelligence universelle. Emmanuel réussissait des exploits sportifs qui le rapprochaient peu à peu des performances des cyber-humains. Le monde entier s’intéressait maintenant au jeune Emmanuel.

Les grands prêtres de l’Église Organique se mirent à espérer toujours davantage. Et si finalement Emmanuel était le Messie Organique auquel on n’avait jamais vraiment cru ? Et si le premier prophète Valery avait eu raison ? Les prêtres eurent plusieurs discussions passionnées avec les jeune Emmanuel. Ils lui proposèrent de relever, pour ses vingt ans, un défi historique : il s’agissait d’une compétition sportive, scientifique et artistique avec quelques-uns des cyber humains les plus connus. Emmanuel se montrait très réticent. Les prêtres insistaient de plus en plus. Il leur semblait que leur protégé redoutait de subir un entraînement toujours plus cruel et toujours moins supportable… S’ils mettaient au point un entraînement à la fois efficace et tolérable, ils convaincraient Emmanuel. Néanmoins, un tel entraînement ne pourrait exister, tout le monde le savait… En même temps, les prêtres ne pouvaient renoncer à l’avènement de leur Messie…

L’Eglise Organique sortit de cette impasse… grâce à l’aide d’Emmanuel. Ce dernier avait pris ses distances quelques semaines avec les prêtres, avec l’Église, avec les entraînements insupportables, et il s’était retiré dans un monastère pour méditer. Il n’avait fait que jeûner et méditer. Et il avait trouvé la solution. Il était revenu vers les prêtres et avait proposé son programme. Les entraînements avaient repris. Les performances avaient été améliorées. Et le monde entier retenait son souffle : les prêtres avaient fixé la date du Grand Défi. Dans moins d’un an, Emmanuel allait affronter quelques-uns des meilleurs cyber-hommes pour prouver qu’un homme organique était capable d’exploits sans aucun implant, sans aucun contact avec la cyber-intelligence mondiale. Tout le monde se passionnait pour la rencontre à venir, aussi bien les cyber-hommes que les hommes organiques.

Et le jour du Grand Défi arriva. Et contre toute attente, Emmanuel triompha. Et sur l’autel, face à la foule déchaînée, il prononça un discours traumatisant. Après avoir remercié l’Église Organique, et les prêtres, et ses amis, et ses admirateurs, il ajouta qu’il voulait apporter à tous le secret qui l’avait sublimé en Messie Organique. Il se dénuda sur l’autel. Il posa sa main sur sa poitrine. Puis il enserra son sternum saillant entre l’index et le pouce. Et sous les yeux horrifiés de la foule, il retira de son corps ce qui semblait être une grande épée. Mais en regardant mieux, on comprenait qu’il s’agissait d’un grand implant dont on voyait clignoter quelques diodes. Emmanuel leva ce grand implant devant lui, comme un sabre, et il sourit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire